A l’occasion du salon Le livre dans la boucle de Besançon, l’écrivain Vincent Cuvellier a pris de son temps pour répondre à nos questions, l’occasion de découvrir un personnage et un auteur atypique et engagé, portrait.

 

Sous les traits acerbes d’Emile”, la bande dessinée jeunesse traçant les aventures d’un petit garçon, se cache un écrivain engagé. Il n’hésite pas à mettre de la personnalité et bouleverser les codes de la littérature jeunesse.

En tête d’affiche, Emile, petit garçon de 6/7 ans, pas très commodes. Une personnalité atypique qui s’impose de lui-même au fur et à mesure que les 15 albums se succèdent. “Émile il est mignon, il n’est pas que “pas cool”. Il est profondément enfant tout en aimant les trucs d’adultes : il adore avoir des amis adultes, il aime bien singer les adultes.” affirme le lauréat du Prix Charles Cros.

 

Emile c’est un caractère, un tempérament mais aussi des traits distinctifs sous le crayon de Ronan Badel, illustrateur avec qui il a travaillé en étroite collaboration pour obtenir ce résultat si surprenant.

Cuvellier fait également référence à son livre “Vous n’êtes pas un auteur de jeunesse” où il dénonce la connotation erronée du métier d’écrivain jeunesse “je suis un mec normal qui paye ses impôts, on a le droit d’écrire pour les enfants sans pour autant être dans un monde enfantin (…) Souvent dans ce métier, on a tendance à idéaliser et on accepte des salaires que personne ailleurs n’accepterait. Donc non, on écrit aux enfants mais on est des adultes donc ne nous traitait pas comme des enfants.” explique-t-il ainsi. Un message fort pour un auteur de caractère à l’image de ses créations.