Coupe d’Europe pour l’ESBF : La nuit et le jour

©Eric Chatelain©Eric Chatelain©Eric Chatelain©Eric Chatelain©Eric Chatelain©Eric Chatelain©Eric Chatelain©Eric Chatelain©Eric Chatelain

Un simple changement de défense suffit-il à expliquer la « remontada » des Bisontines en seconde période ? « Peut-être pas en totalité mais cela a profondément changé la donne,  analyse Raphaëlle Tervel.

A la recherche d’oxygène durant les 20 premières minutes (9-2), ses protégées, jambes en coton et cerveaux embrumés, avaient fait les délices du maigre public de la JSKY Arena et de la gardienne locale Christine Haugaard. Immanquables… manqués, balles perdues et consignes aussitôt évaporées une fois données : l’ESBF vivait douloureusement ses retrouvailles avec la scène continentale après 7 ans d’absence.

Et puis la roue se mit enfin à tourner avec comme symbole ce penalty repoussé par une impeccable Zeljana Stojak juste avant la pause (14-8). Dès la reprise, Alizée Frécon, élue meilleure joueuse du match, puis Amanda Kolczynski affirmaient (14-10) les ambitions retrouvées d’un collectif ententiste soudain libéré à l’image d’Aissatou Kouyate. En face, Silkeborg-Voel misait tout ou presque sur ses deux internationales, le rouleau compresseur Anna Okkels et la fusée Stine Skogrand, auteures de 16 réalisations au total à elles-deux.

Fatigue aidant, la fin de la rencontre était débridée avec une dernière envolée des Scandinaves (25-21, 55e) et un ultime rapproché des Bisontines à 26 partout avant que le dernier mot reste aux troupes d’Henriksen Thore (27-26).

Un débours minimum d’un but qui n’a rien d’insurmontable avec le soutien massif de 2 500 supporteurs samedi 21 octobre (18 heures) au palais des sports Ghani Yalouz.

« Mais attention, avertit Sandrine Delerce, la coach adjointe, nous sommes certes en position favorable mais il ne faut surtout pas penser que ce sera une formalité ».

Jouer cette fois 60 minutes et non 40, dissiper rapidement l’inévitable stress qui fera battre plus vite le cœur de Bisontines inexpérimentées pour la plupart à ce niveau, et forcer les visiteuses à puiser dans un capital physique déjà bien entamé par un début de saison énergivore : les clés du 2e tour de la coupe EHF sont là. A portée de main…

©Patrick Isely