J-365 : Le Musée des Beaux-Arts et d’archéologie de Besançon ouvre à nouveau ses portes

©Eric Chatelain©Eric Chatelain©Eric Chatelain©Eric Chatelain
Dans un an jour pour jour, aura lieu l’inauguration du musée nouvellement rénové. Pour marquer l’événement, une partie de la campagne de communication du MBAA a été révélée grâce à un affichage énigmatique dès le 1er novembre.
Des jambes de femme, tatouées des fameux Adam et Ève de Cranach, sont donc apparues dans les abribus et sur d’autres supports d’affichage avec pour seul texte « J-365 ». Qui connait le musée aura sans doute vite compris le propos.

Une nouvelle communication pour le plus vieux Musée de France

Navigant entre pertinence et impertinence, le musée des beaux-arts et d’archéologie a choisi sa nouvelle politique de communication pour reconstruire son image et assumer un certain esprit de modernité. Souhaitant rompre avec les clichés, le musée désire à présent marquer les esprits, amener une ouverture, faire passer des valeurs différentes, conduire à s’interroger et donc à s’intéresser.

Restant fidèle à la vocation du musée de faire savoir et de transmettre des connaissances, il va jouer avec l’humour, distraire et amuser. Être impertinent, c’est démystifier sans désacraliser, afin de toucher ou d’intéresser certains publics moins habitués aux codes des institutions culturelles.

Cette campagne de communication lance donc les festivités car des événements réguliers ponctueront cette dernière année pour rendre l’attente plus agréable. Entre mécénat participatif, visites du musée et projections, le futur visiteur sera associé au projet, augurant une nouvelle approche des publics à la réouverture du musée.

Quelle place aura ce nouveau musée dans le paysage culturel français ?

Question à Jean Louis Fousseret, maire de Besançon 

Ce musée des beaux-arts et d’archéologie est l’un des rares projets de rénovation de musée en France, le seul en 2018, car peu sont les municipalités qui font le choix d’investir dans la culture. Or, je le sais, la culture est essentielle pour le bien-être de ses habitants et ce à plusieurs titres.

Tout d’abord, ce musée, grâce à la qualité de ses expositions, donnera à Besançon toute la place qu’elle mérite dans l’univers de la culture. Car oui, nous pouvons et devons être fiers de notre histoire ! Nous sommes le 1er musée de France, nous sommes ainés du Louvre d’un siècle ! Nos collections sont parmi les plus exceptionnelles du pays !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le projet architectural d’Adelfo Scaranello 

Propos receuillis

Le musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon souffre de divers dysfonctionnements et d’un manque de lisibilité architecturale. Afin de remédier à cet état de fait, nous nous sommes attachés à rendre utilisable cet édifice historique en l’adaptant à sa nouvelle fonction. Par ailleurs, nous avons rendu intelligible spatialement les différentes phases historiques de construction de cet ensemble, pour permettre une lecture directe et simple des deux architectures qui le composent.

Constatons que le projet Miquel est «posé», avec son système de rampes, comme un objet autonome dans l’ancienne cour du bâtiment Marnotte. Si l’on veut conserver l’intégrité architecturale du musée constitué de ces deux entités, tout en créant un véritable circuit de visites, il faut développer l’idée d’un musée où le parcours muséal ne serait pas imposé mais où il existerait la possibilité qu’il soit à la fois chronologique et thématique. Cette option constitue la marque du musée de Besançon, sa spécificité même.

Une année pleine de rebondissements

16 novembre 2017 : Lancement du compte à rebours « J-365 avant la réouverture du MBAA »

Mars 2018 : Entrée des premières œuvres archéologiques au sein du musée

Juin 2018 : Conférence de presse à Paris

Dévoilement des expositions de réouverture partielle du Musée

Septembre 2018 : Projection « Murs mitoyens » sur la façade du musée, par Sabine Le Varlet pour les Journées européennes du patrimoine

16 novembre 2018 : Réouverture du MBAA