Un peuplier malade va redonner vie à un éco-système !

©Jean-Charles Sexe©Jean-Charles Sexe©Jean-Charles Sexe©Jean-Charles Sexe©Jean-Charles Sexe
Un immense peuplier situé sur l’ile Saint-Pierre, à proximité du parc Micaud, a été coupé par les équipes de l’ONF pour raison de sécurité.

170 ans ! C’est l’estimation de l’âge du peuplier qui a été désuni le mercredi 21 mars dernier pour assurer la sécurité du grand public.

En effet, ce « monument » végétal menaçait de céder à tout moment ! Le responsable de cette découpe : un champignon particulièrement virulent qui attaque l’intérieur de l’arbre !

Ce parasite ronge le bois ce qui engendre une fragilisation de l’arbre. Et lors de fortes intempéries, le peuplier pourra difficilement résister et pourrait s’écrouler. C’est pourquoi l’ONF (l’Office National des Forêts) a procédé à son démontage afin que les passants restent en sécurité tout comme les bateaux amarrés juste en face.

170 ans abattus en 24h !

24 heures ! C’est le temps dédié à la découpe minutieuse de ce majestueux peuplier : « C’est une opération risquée, explique Alipe Verjux, le conducteur de travaux.  La sécurité est notre priorité absolue. Dans un premier temps nous devons sécuriser la zone, puis procéder au démontage tout en suivant des étapes précises. Une fois le périmètre de sécurité établi nous commençons par tronçonner les branches extérieures de l’arbre pour ensuite s’attaquer au plus gros du travail : la découpe du tronc ! » Et cette dernière étape n’en est pas la moins dangereuse bien au contraire. Car en 170 ans, le petit gland est devenu un fier arbre de près de 40 mètres de haut avec une circonférence de près de 2,50 mètres. Un mastondonte situé en pente, qui nécessite l’intervention d’un grutier pour extraire le tronc !

Rien ne se perd, tout se transforme !

Il reste de ce peuplier désormais un tronc faisant tout de même 6 à 7 mètres de hauteur ! Si on a conservé cette taille c’est pour… préserver la biodiversité. Aussi paradoxale que cela puisse paraitre, l’abattage de cette arbre va permettre à un mini éco-système de se développer. L’arbre est en effet devenu un abri pour les insectes, souvent l’un des premiers maillons de la chaine alimentaire. L’arbre permettra ainsi la protection et la diversité des espèces. S’il pouvait parler, cet arbre en aurait des histoires à raconter… En 170 ans il faisait partie du patrimoine bisontin et dorénavant il aura une deuxième vie…

Pour ce qui est du bois extraits du peuplier, il a été soigneusement récupéré et recyclé. Les copeaux de bois laissant place au paillage ; très utilisé dans le domaine de la jardinerie, celui-ci permet de nourrir le sol, garde la fraicheur de la terre, réduit les arrosages et diminue le développement des mauvaises herbes. Le tronc quant à lui, est recyclé en tant que bois énergisant destiné aux chaufferies. Ce qui marque la fin d’une invasion et le renouvellement d’une vie.

Chiffres clés :

35 à 40 mètres de hauteur
2.50 mètres de Circonférence
170 ans
5 professionnels (3 élagueurs, 1 conducteur de travaux et 1 grutier)