Les chevaux de Colombey, du cœur à l’ouvrage

Christine Gautier, soigneuse 'les chevaux de Colombey ©Jean Charles SexeChristine Gautier, soigneuse 'les chevaux de Colombey ©Jean Charles SexeChristine Gautier, soigneuse 'les chevaux de Colombey ©Jean Charles SexeChristine Gautier, soigneuse 'les chevaux de Colombey ©Jean Charles SexeChristine Gautier, soigneuse 'les chevaux de Colombey ©Jean Charles SexeChristine Gautier, soigneuse 'les chevaux de Colombey ©Jean Charles SexeChristine Gautier, soigneuse 'les chevaux de Colombey ©Jean Charles SexeChristine Gautier, soigneuse 'les chevaux de Colombey ©Jean Charles Sexe
Au creux d’une nature paisible, reculée, moelleuse, une famille de grands blessés de la vie se répare, tant bien que mal, de certaines vicissitudes ou de graves traumatismes, grâce à l’association des chevaux de Colombey.

Au lieu-dit Le Moulin à Deluz, sont recueillis, soignés, placés des équidés de la région de Franche-Comté en souffrance, abandonnés, blessés ou promis à l’abattoir. Avec le soutien de la SPA, la structure modeste, née en 2002, se bat comme elle peut, avec force bénévolat et dans la discrétion, pour la cause animale.

Suzy, Samy, Boris, Spirou, El Dorado tâchent de retrouver là du poil de la bête et un peu de confiance en l’homme.

« Nous avons 10 chevaux et poneys au pré en ce moment, chacun d’eux a vécu une histoire particulière mais le point commun pour tous, c’est d’avoir été victimes de maltraitance, délibérée ou pas. Cadeau d’anniversaire dont on finit par ne plus se préoccuper, animal acquis sans idée du coup en temps et en euros qu’il va représenter, qu’on oublie quelque part dans une clairière, sans parler des cas plus dramatiques encore… » évoque Christine Gautier, soigneuse attitrée.

« Nous avons retrouvé Flamme dans un état lamentable, sabots jamais parés. L’ongle pousse jusqu’à former une corne qui vient buter contre la jambe ; ce handicap empêche le déplacement, l’accès à l’eau, à la nourriture. Le cheval meurt de faim. On nous a signalé Renégate et son poulain, livrés à eux-mêmes, squelettiques. Nous prenons soin de Jonquille atteinte de dermite et de fourbure. Nous faisons appel aux vétérinaires de Quingey, à une osthéopathe de Lons-le-Saunier, à un maréchal-ferrant local, qui complètent notre action. »

Comment ça marche ?

On constate ou on nous signale des situations inacceptables. Il faut porter plainte pour que les chevaux nous soient confiés par décision de justice. Nous les hébergeons dans les locaux et terrains prêtés par l’un de nos membres actifs, explique la présidente Rolande Bouvard, par ailleurs enquêtrice déléguée pour la Fondation Brigitte Bardot, qui a elle-même signalé le cas des vaches de Saint-Vit…

Les rendez-vous qui font vivre l’association

  • Brocante de Deluz le 1er mai
  • Repas champêtre fin juin
  • Soirée dansante fin novembre
  • Journée portes ouvertes mi septembre

 

Pour adhérer, se renseigner, aider ou alerter, rendez-vous sur le site de l’association – chevauxdecolombey@gmail.com – 06 85 05 29 53

Vous pouvez aussi apporter votre soutient à l’association à l’occasion de sa campagne de Crownfunding