Sœurs à la ville, Stéphanie Bourgeois et Julie Boucon ont lancé, en 2018, une application d’apprentissage de l’anglais, destinée aux enfants de 3 à 12 ans. Développée à Besançon, leur méthode – aussi ludique que révolutionnaire – est le fruit d’une idée ayant germé en… Chine.

C’est en 2014, suite à une expatriation professionnelle d’un an à Shanghai, que Stéphanie se penche sur la question de l’apprentissage de l’anglais. « A l’issue de ce séjour, mes enfants, scolarisés dans une école internationale, étaient devenus quasiment bilingues, évoque-t-elle. De retour en France, je voulais qu’ils puissent maintenir, voire améliorer leur niveau en anglais. J’avais aussi pu constater les progrès de mon fils en calcul mental, grâce à la méthode Kumon. Communément utilisée en Asie, celle-ci repose sur l’auto-apprentissage, à travers 10 minutes d’exercice quotidien. J’en ai parlé avec Julie. Entre nous, ça a été le déclic pour créer Holy Owly. »

Besançon pour la qualité de vie

Une idée bien « chouette » – owl, en anglais –, qui prendra son envol en 2015. Après avoir quitté leurs postes – Stéphanie était Directrice des achats chez General Electric, à Belfort ; Julie, Responsable de grands comptes chez LVMH, à Paris –, les deux femmes se lancent. « Avec nos deux profils complémentaires, nous avions toujours rêvé de créer une affaire ensemble, confie Julie. Et nous souhaitions le faire à Besançon, pour la qualité de vie. Après avoir créé notre méthode, en partenariat avec une professeure anglaise et franc-comtoise d’adoption, nous avons ainsi ouvert une école à Ecole-Valentin. Entre 2015 et 2018, celle-ci nous a permis de tester notre concept avec succès, en accueillant 50 enfants par an. L’application a été conçue avec Shine Research,une entreprise également implantée à Ecole-Valentin. »

Une offre accessible à tous

Affinée pendant trois ans, la méthode s’articule autour d’un petit exercice quotidien. « Seulement 5 minutes par jour, afin de permettre une utilisation raisonnée de la tablette et de donner envie à l’enfant de revenir le lendemain, souligne Julie. Holy Owly offre aussi la possibilité d’échanger à l’oral avec un coach anglophone, une fois par semaine. Avec un abonnement démarrant à partir de 4,99 € par mois, nous avons souhaité rendre l’anglais accessible au plus grand nombre, en particulier là où les solutions d’accompagnement en langue n’existent pas. Rappelons que la France est avant-dernière au classement européen de la maîtrise de l’anglais. »

La méthode vise à offrir une vaste palette de solutions, puisque les exercices sont déclinés en neuf programmes, adaptés au niveau et à l’âge de l’enfant. « L’idée est d’apprendre trois mots ou trois phrases par jour, selon le niveau, détaille Stéphanie. La prononciation est aussi évaluée, grâce à un système de reconnaissance vocale. Pour l’heure, nous proposons une version familiale et une autre pour les écoles. Une cinquantaine de classes utilisent Holy Owly, que nous avons, par ailleurs, offerte à des écoles de Planoise. »

La force du binôme

©Jean-Charles Sexe

Pendant les trois années de développement de leur méthode, les deux associées ont également dû rechercher des soutiens financiers pour développer leur entreprise. « Je me souviens de rendez-vous à la banque avec ma fille endormie dans sa poussette, sourit Julie. »

La machine lancée sur ses rails, les sœurs s’installent, en 2018, au sein du Village by CA, sur le site Saint-Jacques, à Besançon. Elles y partagent leur expérience avec d’autres créateurs d’entreprises innovantes. « Avec cet écosystème de start-ups, nous avons découvert une bienveillance et un esprit de partage d’informations, explique Stéphanie. De tels échanges sont utiles, puisqu’il nous faut tout faire de A à Z. D’ailleurs, c’est aussi pourquoi développer Holy Owly constitue un défi passionnant. Bien entendu, il peut y avoir des hauts et des bas, mais le fait de travailler en binôme est une force : quand l’une doute, l’autre vient la rebooster. Chacune sait aussi faire confiance aux convictions de l’autre. »

50 000 téléchargements et 900 000 € en levée de fonds

Les efforts et les sacrifices des deux entrepreneures – « on ne s’est pas payées pendant trois ans, évoque Stéphanie » – ont fini par porter leurs fruits : l’appli a été téléchargée plus de 50 000 fois et la société vient d’achever avec succès sa première levée de fonds. Au total, 900 000 € ont été recueillis auprès de deux fonds d’investissement et d’une business angel parisienne. Ce capital sera notamment consacré au recrutement d’un(e) CTO (en charge de la direction de la technologie) et à l’adaptation d’Holy Owly à de nouvelles langues.

« Une méthode en espagnol est en projet et avec le CLA, nous travaillons à une version « français langue étrangère », destinée au marché nord-américain, annonce Stéphanie. En partenariat avec les professeurs d’anglais du collège Notre-Dame de Besançon, nous développons aussi une version pour collégiens. Celle-ci sera disponible d’ici un an. » Déjà rendu enfantin, grâce à Holy Owly, l’apprentissage de l’anglais sera alors un jeu d’adolescent…