L’instant T : l’éphémère dure 24 heures…

©Nicomiot©Nicomiot©Nicomiot©Nicomiot
Sorti de l’esprit fertile de la compagnie Tricyclique Dol, l’événement promet d’être un rendez-vous culturel hors normes. En effet, il se déroulera pendant 24 heures – à compter du 14 septembre, 14 h 00 – et s’étendra sur 1 300 m2, dans la grande halle de la Friche artistique de La Rhodia. Guillaume de Baudreuil, co-initiateur de cette création avec Laurent Mesnier et Ben Farey, nous en dit un peu plus…
Avant d’entrer dans le vif du sujet, peut-on faire un petit point sur le travail de Tricyclique Dol ?

Le collectif est né de la rencontre de trois constructeurs évoluant dans le milieu du spectacle. En 2001, nous avons fabriqué un manège pour un premier projet qui se passait dans la rue. Depuis, on a continué à proposer des spectacles pour des endroits non dédiés aux spectacles : hangars, espaces publics, coins de nature, etc. Au fil du temps, on a eu pour fil rouge de jouer avec l’espace, de donner vie à des objets pour révéler ce qu’ils pouvaient bien raconter. On a aussi toujours eu envie d’impliquer le spectateur. Autre chose, on aime bien l’idée de travailler des mois pour préparer quelque chose qui durera quelques minutes, quelques heures. Cet esprit de l’éphémère est au centre de L’instant T.

D’où vous est venue l’idée de cette création ?

La première fois qu’on en a parlé, c’était il y a deux ans. Après avoir mené chacun des projets personnels, on avait envie de retravailler à trois. On s’est dit : « On va faire une grosse fête. On invite les gens chez nous, à la maison. » Assez rapidement, les lignes directrices se sont imposées. Tout d’abord, la durée de 24 heures. A ma connaissance, ça n’a jamais été fait pour une création de ce type. Ensuite, le fait que la programmation ne soit pas connue du public. L’idée est d’éviter que le spectateur ne fasse sa sélection. On veut qu’il habite le site, qu’il vive nos propositions, sans se mettre à distance. C’est une invitation à « être là » pour découvrir, à L’instant T, ce qui se passe. On avait aussi envie d’investir ce lieu incroyable de la grande halle pour y faire un « one shot », une création qui aura lieu qu’une seule fois.

Sans en déflorer le contenu, comment avez-vous conçu L’instant T ?

Qu’il s’agisse de nos propositions ou de celles des artistes que nous avons invités, tout est écrit, de la première à la dernière minute. Mais on sait qu’il nous faudra sans doute rebondir face à des aléas pour reprendre le fil. On peut faire ici le parallèle avec mon travail d’artificier. Tu passes des heures à faire des milliers de branchements pour que tout soit calé à la seconde près. Et le soir du feu d’artifice, tu dois composer sans cesse avec des fusées qui partent trop tôt ou n’explosent pas. En cela, L’instant T, avec sa part d’inconnu, sera un moment unique, même pour nous…

Plus d’infos : linstantt-tricycliquedol.com

Vivez au cœur de L’instant, en étant bénévole

L’équipe de Tricyclique Dol cherche actuellement des bénévoles pour la mise en place des installations, fin août. Une trentaine d’opérateurs sera ensuite nécessaire au bon déroulement de la création… Le moyen idéal pour être à la fois acteur et spectateur d’une création qui s’annonce passionnante. Plus d’infos ici.

Toute deuxième sortie est définitive

L’instant T est limité à 700 places. Le billet d’entrée est de 40 €, et comprend le dîner, samedi soir, et un brunch le dimanche. Il y aura un bar pour boire un verre et échanger ses impressions. Un espace de repos sera également disponible. Pendant la représentation, il sera possible de sortir une fois, puis de rentrer une seconde fois. La deuxième sortie sera définitive.