Depuis sa création en 1958, le Centre de linguistique appliquée (CLA) de l’Université de Franche-Comté n’a cessé de tisser des liens entre Besançon et le monde. Ses équipes innovent aussi en permanence pour développer une ingénierie éducative de pointe. Du 11 janvier au 15 février, cette histoire est retracée à travers une exposition, installée dans la médiathèque du site.

Dès son origine, le CLA est entré en résonnance avec le monde, puisque Bernard Quemada l’a fondé pour accueillir des réfugiés hongrois, suite à l’insurrection de Budapest. Et depuis les premiers cours dispensés dans un grenier de l’Université, que de chemin parcouru ! Aujourd’hui, le Centre – installé dans ses locaux de la City, depuis 1992 – accueille chaque année 4 000 stagiaires.

Innovations et nouvelles technologies belfortaines

Ce parcours est retracé dans une expo foisonnante d’informations et d’anecdotes. Fruit d’un énorme travail d’archiviste, celle-ci donne aussi un coup de projecteur sur les méthodes innovantes du Centre, articulées autour d’un apprentissage qui replace les langues dans la vie quotidienne. Depuis, cette approche n’a cessé d’être nourrie par un travail de recherche mobilisant les dernières technologies disponibles. Au début des années 1960, le Laboratoire d’analyse lexicologique utilisait ainsi du matériel informatique Bull, fabriqué à Belfort. Aujourd’hui, le numérique permet au CLA d’organiser des webinaires, séminaires accessibles en ligne, à travers le monde.

Dans les années 1970, le CLA jette aussi des passerelles vers le monde économique, en lançant des cours de langues spécifiques, comme l’anglais de l’aéronautique par exemple. Là encore, c’est une innovation, par rapport à l’approche universitaire d’alors.

©CLA

Une animation joyeuse en ville

Outre une pédagogie avant-gardiste, le CLA s’est aussi distingué en plaçant les échanges culturels au cœur de l’apprentissage. En témoigne le bouillonnement de La Cave du 47 rue Mégevand accueillant concerts et spectacles, dans les années 1970/1980. Depuis cette époque, les élèves des stages d’été apportent aussi une animation joyeuse en ville. En 1987, une autre institution en matière d’échanges culturels voit le jour : le Tour du monde en 80 plats, pendant lequel les stagiaires du CLA proposent spécialités culinaires et spectacles qui mettent leur pays d’origine à l’honneur.

Au début des années 1990, un programme de familles d’accueil est mis en place. Ce dispositif permet aux uns de découvrir les cultures du monde et aux autres de « vivre à la française ». Et s’il fallait une preuve supplémentaire du bon accueil réservé aux stagiaires du CLA, certains reviennent à Besançon des années après leur passage. Parmi eux, une vingtaine d’Américains du Knox College (Illinois), venus apprendre le français à Besançon en 1969-1970, et qui y sont revenus en visite, en mai 2018.

On le voit, le CLA, loin d’être une simple boîte à langues, constitue un lieu unique en son genre qui, à travers son rayonnement et l’énergie de ses stagiaires, fait de Besançon une ville-monde.

Le CLA en chiffres

  • 10 langues enseignées
  • 4 000 stagiaires de 125 nationalités différentes par an
  • 140 familles hébergent plus de 300 stagiaires par an
  • Avec 1 200 places, le Tour du monde en 80 plats affiche complet chaque année

Quelques anciens élèves

Au fil de 60 ans, plusieurs dizaines de milliers d’élèves sont venus se former au CLA, dont quelques célébrités : Abdoulaye Wade (Président du Sénégal), Michel Vautrot (arbitre international), Ewan McGregor (comédien britannique), Max Gallo (écrivain, historien) ou encore La Madeleine Proust (artiste comique) …