Douze ans déjà que Génériq, le « festival des tumultes musicaux en ville », invite les artistes à « faire régner un joyeux charivari musical » dans le grand Est. A Belfort, à Montbéliard, à Mulhouse, à Dijon, et bien sûr à Besançon.

Génériq, c’est un « défricheur sans cesse à l’affut de nouveaux groupes musicaux, d’expériences insolites et instigateur de créations originales », renseigne le communiqué de presse. Et c’est une évidence, de beaux noms sont passés par là depuis 2007, notez plutôt : Cassius, Daniel Darc, Arnaud Rebotini, The Shoes, Stromae, Birth of Joy ou Patti Smith ont laissé leur empreinte au fil des éditions.

Générosité

2019 offrira elle aussi une généreuse livraison. Passons sur les styles, Génériq s’en est affranchi depuis longtemps. Soul, blues, rock, hip-hop, électropop, mathpop, synthpop… pas la peine de s’y éterniser, ils y sont tous. Ici, on est là pour faire la fête. Peu importe les genres, les lieux ou les horaires. A 13h, 16h ou 21h30, dans une salle de concert, en plein air ou une maison de quartier, à toute heure et en tous lieux, ça joue. Génériq s’aventurera dans le tram. Partira en vadrouille avec la fanfare de la Touffe. Créera à grands renfort de contrebasses et d’accordéon.

Programmation complète sur : le site de La Rodia

La sélection de la rédac’

A Besançon, Génériq c’est 14 concerts dont 8 gratuits, dans 13 lieux, du 7 au 10 février. La programmation est à retrouver sur l’agenda Sortir. Simon Nicolas, chargé de com’ de la Rodia, donne quelques-uns de ses coups de cœur en vidéo. La rédaction de Plus propose sa sélection, à écouter ci-dessous. Bonne écoute, et bon festival.

Ana Calvi (samedi 9 – 20h30 – CDN)
Black Midi (vendredi 8 – 21h – l’Antonnoir)
Bodega (vendredi 8 – 21h – l’Antonnoir)
Death valley girls (jeudi 7 – 20h30 – Passagers du Zinc)
Delgres (jeudi 7 – 20h30 – salle Proudhon)
Faraj Suleiman (samedi 9 – 16h – centre Nelson Mandela)