Les mécanos du cerveau

A Temis, un bâtiment étire ses lignes futuristes à deux pas de la Maison des Microtechniques : Sophysa *. A sa tête, un Docteur en pharmacie, ancien interne des Hôpitaux de Paris et du Centre d’Études et de Recherche en Médecine Aérospatiale, Philippe Nègre. Il dirige depuis 1989 la société spécialisée en conception, fabrication et commercialisation d’implants neurochirurgicaux pour le traitement de l’hydrocéphalie.
 
* Société de physiologie appliquée, Groupe Tokibo
 

Présentez-nous Sophysa.


Sophysa fait référence dans le domaine des valves neurologiques programmables dont les premières générations ont été imaginées par Bernard Marion, le fondateur, en 1978. Dès l’origine, leur développement a été confié à une société bisontine spécialisée en micromécanique, Frésard-Panneton. Baptisée Sophy® *, la première valve programmable au monde est implantée avec succès en 1984 et présentée au Salon MICRONORA (Médaille d’Or de l’innovation). A partir de 1991, les valves Sophy sont produites par notre propre unité d’assemblage, à Valparc-Valentin, et commercialisées dans plus de 70 pays.

* diminutif de Sophysa, sagesse en grec

Les innovations ?

En 2004, Sophysa a lancé la première valve stable à l’IRM, la valve Polaris®, connue mondialement. Aujourd’hui, une nouvelle génération de valve est en phase test, destinée au traitement de l’hydrocéphalie à pression normale, une maladie neurodégénérative touchant les seniors. Nous développons également un nouveau système de neuromonitoring multiparamétrique qui va contribuer à améliorer la prise en charge des traumatismes crâniens graves et des accidents vasculaires cérébraux. En perspective : le triplement de notre capacité de production d’ici 10 ans avec un nouveau bâtiment industriel et le recrutement de près de 200 personnes.
 

Comment voyez-vous Besançon?


Bien que nous soyons loin encore des écosystèmes mis en place en Californie, en Israël ou en Allemagne pour favoriser l’innovation, les formations dispensées par l’ENSMM, l’ISIFC et le CFAI sont particulièrement adaptées aux profils techniques que nous recherchons. Il est néanmoins dommage que certains préfèrent exercer leurs talents de l’autre côté de la frontière…Par ailleurs, c’est une ville dynamique qui a su promouvoir ses compétences dans le domaine des microtechniques et attirer de nombreuses sociétés dans ce domaine. Elle séduit également nos visiteurs du monde entier qui ont tous été fascinés par la richesse de son patrimoine architectural et culturel. A cet égard, notre implantation à Besançon est un indéniable succès.