Perturbateurs endocriniens : la Ville agit

Depuis 2020, la Ville est engagée dans la lutte contre les perturbateurs endocriniens, ces substances naturelles ou artificielles qui interfèrent avec le système hormonal et entraînent des effets délétères (maladies cardiovasculaires, asthme, cancers, diabète…).

En signant la charte d’engagement Villes et Territoires « sans perturbateurs endocriniens » du Réseau environnement santé, elle a engagé un plan d’actions visant à restreindre les produits phytosanitaires et biocides, à réduire leur quantité dans l’alimentation, à informer la population, à les prendre en compte dans les commandes et achats publics. Les enjeux pour préserver la santé et l’environnement des Bisontins sont importants et se déclinent dans un grand nombre de pratiques pour les espaces verts, l’entretien des locaux, ou pour la petite enfance.

Par exemple, le service voirie propreté utilise des méthodes alternatives pour nettoyer la voie publique, comme l’eau de pluie, récupérée dans des cuves de 5 m3 à 120 m3, puis utilisée via les balayeuses pour maintenir la poussière au niveau du sol. L’économie d’eau potable est d’environ 3168 m3 sur une année. Le désherbage thermique permet quant à lui de ne pas utiliser de pesticides très nocifs.

Nos équipes sont sensibilisées à la protection environnementale et aux nouvelles méthodes de travail. Ces méthodes sont certes plus contraignantes mais nécessaires pour préserver notre cadre de vie.

David Letondor, Chef de secteur mécanique