Le PAT, décodage…

Propos recueillis auprès de Françoise Presse, conseillère communautaire déléguée en charge de l’agriculture et de l’alimentation.

Notre PAT ou projet alimentaire territorial, labellisé en 2021 par le Ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, associe des structures locales agissant dans le domaine de l’alimentation. C’est un projet collaboratif. Santé, aménagement du territoire, emploi et économie locale sont les sujets majeurs structurant les actions que nous portons.

Notre autonomie alimentaire aujourd’hui sur le territoire n’est que de 2 %. Nous avons donc une réelle marge de progrès. Notre objectif est d’atteindre 8 % en 2030. Cela suppose bien sûr d’augmenter la
surface maraîchère, les surfaces de vergers et de légumineuses, de développer les élevages diversifiés. Nous y travaillons ardemment. Il y a un enjeu économique important avec des emplois en perspective. Notre collectivité est d’ailleurs une de deux seules en France à piloter une pépinière de maraichers qui chaque année, forme des cultivateurs !

Au-delà de la formation, le PAT c’est aussi tout un ensemble d’actions que je vous invite à découvrir au fil de ces pages.

QUELQUES CHIFFRES
15
cultivateurs formés à la pépinière des Andiers depuis 2014
20 actions en moyenne par an de sensibilisation
aux bonnes pratiques alimentaires
Plus de 30 communes engagées contre le
gaspillage alimentaire dans les écoles

Objectifs 2030 :
+ 55 ha de surface maraichère
+ 40 ha de surfaces de verger
+ 70 ha de légumineuses