L’ISIFC : 80 % d’embauche, deux mois après la sortie de l’école

Comment peut-on mieux illustrer les liens entre formation, recherche et tissu biomédical qu’en évoquant l’ISIFC (Institut Supérieur des Ingénieurs de Franche-Comté).


Implantée à TEMIS, cette école accueille, chaque année, près de 150 élèves-ingénieurs qui assureront l’interface entre l’hôpital et les entreprises spécialisées dans les dispositifs médicaux : « cette formation originale forme des cadres spécialistes des dispositifs médicaux, qui possèdent une triple culture rare : technique, réglementaire et médicale », présente Vincent Armbruster Directeur de l’Institut.     

Des métiers variés à la sortie

Le vieillissement de la population, l’augmentation de la qualité des interventions chirurgicales et des soins, ou encore l’apparition de nouvelles pathologies entrainent une recherche toujours plus importante pour trouver des solutions autre que les médicaments. « Nos ingénieurs sont à même de travailler sur la conception d’instruments, appareils, équipements…, utilisés seuls ou en association, à des fins médicales chez l’homme ». Parmi les exemples on peut citer des implants cardiaques ou dans le cerveau, divers types de prothèses ou encore des respirateurs. Signe d’une école en phase avec son temps, l’ISIFC continue à enrichir ses formations, en étant à l’écoute des entreprises et du CHU notamment : « Nos cursus évolueront l’an prochain, à l’occasion d’un audit de la Commission des titres d’ingénieur, précise Vincent Armbruster. D’ici là, nous proposons déjà à nos élèves un nouveau module autour de la création d’entre­prise. ».

L’ISIFC en chiffres

  • 150 élèves ingénieurs
  • 80 % des diplômés trouvent un emploi deux mois après leur sortie d’école
  • 20 % restent à Besançon

Un nouveau bâtiment en 2023

Un nouveau bâtiment en 2023
« La demande des entreprises biomédicales est telle que nous allons nous doter d’un nouveau bâtiment de près de 2 000 m2, explique Vincent Armbruster, Directeur de l’Insti­tut. Ce projet est le fruit d’un partenariat entre l’Université, le Grand Besançon, la Région et la technopole TEMIS. Il représente un investissement de 5 M€HT, dans le cadre du contrat métropolitain, et devrait être opérationnel en mai 2023. Cette extension nous permettra de doubler nos effec­tifs, dans les 5 ans qui suivront. »


Parole d’étudiante

Romane Destandau « Une formation qui prépare l’après école »

Les effectifs de l’ISIFC sont constitués par près de 70 % d’élèves-ingénieurEs. Parmi elles, Romane Destandau, origi­naire de la région lyonnaise et inscrite en 3e année. « Ce qui me plaît à l’ISIFC, c’est son approche pluridisciplinaire qui permet de bien préparer « l’après-école », explique-t-elle. Les cours sont à la fois assurés par des chirurgiens, des chercheurs en micro­mécanique ou des industriels. Je suis actuellement en contrat de professionnalisation chez Micro-Mega, société bisontine spécia­lisée dans les dispositifs médicaux pour l’endodontie (traitement racinaire de la dent). Comme Besançon me plaît, je n’exclus pas d’y rester, une fois diplômée. »


Découvrez l’un des projets co-développés par des élèves de l’ISIFC (Biotika) lors du Hacking Health en 2017 dans cet article de l’Est Républicain

Retrouvez l’ISIFC sur son site internet et sur les réseaux