Grand Besançon Métropole ouvre la vanne … à gaz vert !

Recycler les boues des stations d’épuration d’eau et les transformer naturellement en biogaz c’est vertueux et ça existe depuis 40 ans à Besançon. Mais les installations de Port Douvot étaient devenues vétustes et il fallait renouveler l’ensemble.

10 M€ ont donc été investis par Grand Besançon Métropole et ses partenaires (Agence de l’eau, ADEME, Région Bourgogne Franche-Comté, Erdf) dans cet équipement stratégique comme l’explique Anne Vignot, Présidente de Grand Besançon Métropole : « la méthanisation permet de stabiliser les boues et d’en réduire le volume d’environ 40% mais aussi d’obtenir un biogaz constitué de 60 % de méthane. Ce même gaz utilisé pour le chauffage dans le réseau de la ville permettra de chauffer plus de 2200 logements basse consommation. Le premier point s’avère très important quand on sait toutes les difficultés rencontrées pour l’élimination des boues. Le second participe à des enjeux capitaux pour la transition énergétique et l’économie circulaire des territoires ».

Si d’autres unités régionales d’injection produisent actuellement du gaz renouvelable, Grand Besançon Métropole est la première à réaliser un projet de cette nature sur la région Bourgogne Franche-Comté. Et cerise sur le gâteau, deux contrats avec GRDF et ENGIE ont été conclus pour l’exploitation de ce biogaz pour les 15 années à venir. Ils rapporteront 100 000 € HT chaque mois à la collectivité,  la boucle est bouclée !

De nombreux acteurs pour un chantier d’envergure

L’opération pilotée par le Grand Besançon Métropole aura mobilisé de nombreux partenaires, des premiers travaux au printemps 2019 à la première injection de biométhane en ce début février 2021. La maitrise d’œuvre, assurée par l’entreprise française BG Ingénieurs Conseils SAS, a travaillé de concert avec des entreprises locales (RUGGERI, BONNEFOY, ITESY A) et s’est appuyée sur l’expertise de PRODEVAL, spécialiste de l’épuration.



Pour en savoir plus sur le procédé de méthanisation