Courir pour Kourir, du cœur et du souffle

Le 15 mai dernier à Besançon, Pierre Da Rocha et François Vuillemin ont réussi leur défi et leur pari : Courir pour Kourir. Objectif : collecter 10.000€ pour cette association de lutte contre l’arthrite juvénile idiopathique.

Mieux vaut tenir que courir ? Pas du tout !, contredisent Pierre Da Rocha et François Vuillemin qui ont relevé un très beau défi solidaire : « Courir pour Kourir ». Plus précisément, « gravir le Mont-Blanc », à leur façon, pour l’association Kourir. Quitte à pratiquer le sport qu’on aime, autant que cela profite à une cause, et non des moindres….

L’exploit

C’était mi-mai, ils étaient fin entraînés. Heureusement, car à 6h30 ce jour-là, le duo avait devant lui 12h non stop de sport intense (en grande partie sous la pluie) : monter/descendre en courant la colline de Chaudanne, entre le Chemin de Mazagran et le fort. Et ce, autant de fois que nécessaire, 30 au total, pour accuser un dénivelé (positif et négatif cumulé) équivalent à l’altitude du Mont-Blanc, soit 4810m (et 50km de parcours).  Nous avons eu le plaisir d’être spontanément rejoints par 3 autres coureurs, Mathis, Jérôme et Geoffrey. Faut reconnaître qu’après la 20è ascension, même heureux de courir à 5, ça a été dur physiquement ; mais on avait un moral d’acier ! Une profonde motivation aussi, car il n’y aura eu qu’un mois entre la décision de la faire et l’action elle-même. Et la motivation s’appelle Marius…

Objectif atteint !

Dans leur entourage en effet, le petit Marius souffre de l’AJI. Les souffrances de cet enfant de 5 ans, les difficultés de ses parents, démunis, c’est terrible… Aussi Pierre et François se sont-ils donné pour but de recueillir 10.000€. Pour chaque ascension, un donateur a fait une promesse de don pour Kourir. Le montant du don augmentait par palier, de 100€ à 1500€. Sponsors, partenaires, donateurs, leur action a été soutenue au-delà de leurs espérances. La trentaine de dons a été versée directement par virement à l’association Kourir qui a pu remettre une bourse de recherche lors du congrès de la SOFREMIP (société francophone dédiée à l’étude des maladies inflammatoires pédiatriques). Des perspectives qui s’ouvrent pour la recherche contre une maladie qui concerne entre 2000 et 4000 enfants et jeunes en France.

L’arthrite juvénile idiopathique 

Très rare, de cause encore inconnue, l’arthrite juvénile idiopathique non infectieuse est une maladie rhumatismale chronique qui apparaît chez l’enfant avant ses 16 ans. Elle peut prendre différentes formes (polyarticulaire, psoriasique, oligoarticulaire, systémique…), impliquant les articulations, parfois les yeux ou la peau, voire plusieurs organes. Raideur, douleurs, fièvre dans certains cas, et contre cela, des traitements pour ralentir la progression de la maladie, neutraliser autant que possible les symptômes et soulager la douleur. Mais il reste beaucoup à faire pour ces patients.

Rendez vous sur www.kourir.org