La solidaire « Tente Beauté Mobile »

Renouer avec son image, s’occuper de soi avec des soins du visage, des mains, le temps d’ateliers collectifs et gratuits à Besançon. C’est ce que propose la « Tente beauté mobile » d’Hafida El Mokhtari, socio-esthéticienne qui apporte un peu de bien-être aux hommes et femmes en errance, sans abri, violentés ou fragilisés par la rue…

Vous avez été animatrice de quartier en Loire-Atlantique durant 15 ans. Pourquoi ce changement de cap ?

C’est un changement dans la continuité plutôt. Je travaillais dans les quartiers, avec un public souvent masculin. Les jeunes filles ne venaient pas. J’ai eu l’idée d’ateliers de bien-être, a priori plus féminins. C’est comme ça qu’est née l’association la « Tente beauté mobile ». Je me suis formée à Tours, dans la seule école qui délivre un diplôme d’État de socioesthéticienne avant de m’installer à Besançon, il y a cinq ans.

Vous intervenez auprès de quel public ?

Le concept est à vocation humanitaire et sociale : j’interviens ainsi au centre d’hébergement le Roseau, à l’abri de nuit des Glacis auprès d’un public masculin. Depuis cet été, également à Répit, créé par le CCAS, un appartement où les jeunes femmes en rupture sociale sont accueillies à la journée. Il faut réapprendre les gestes, apprivoiser… La peau est bien malmenée par la rue, mais en prendre soin participe à améliorer l’estime de soi. Plus largement, il est question d’un accompagnement à l’hygiène et du rapport au corps. Pas facile quand on vit dehors.

Comment fonctionne un atelier bien-être ?

Une personne sert de modèle : je lui prodigue le soin pendant que les participants reproduisent les gestes sur eux ; je passe alors derrière chacun, afin de refaire les gestes. Évidemment, l’ambiance est conviviale. Les hommes plus âgés trouvent ça superficiel au début, trop « féminin ». Quand ils voient les effets bienfaisants, ils tentent à leur tour l’expérience. Une coiffeuse est aussi présente pour les cheveux, la barbe, faire une couleur. Le succès est là, les gens sont contents et reviennent.

Les moyens sont-ils au rendez-vous ?

Une bourse de la fondation l’Oréal me permet, au centre le Roseau, de proposer des ateliers deux fois par mois jusqu’en juillet prochain, avec l’intervention d’autres professionnels (herboriste, coiffeuse, maquilleuse professionnelle…). Pour l’heure, nous avons besoin de linge de corps neuf, de bonnets et de gants, surtout pour les hommes. C’est bien de se doucher, mais si l’on ne peut pas se changer ensuite…


Informations pratiques

Tél. 07.49.73.92.17

Rejoignez Tente Beauté mobile sur Facebook