Les 2 Fûts, Brasseurs « micros », mais costauds

Microbrasserie Les 2 Fûts, Loïc et Marc Fusillier

L’aventure a commencé dans un garage bisontin, en 2013. Loïc et Marc Fusillier y brassent alors de la bière pour leurs amis. Les recettes des deux frères séduisent et, de fil en aiguille, les voilà qui produisent quelque 5 000 litres par mois, du côté des Vaîtes.

Avec Les 2 Fûts, la première gorgée de bière, c’est un goût de Franche-Comté qui vous pétille en bouche. « Plus de 80 % de l’orge que nous utilisons proviennent de la région, explique Loïc Fusillier, cofondateur de la micro-brasserie bisontine. Avec une vingtaine de confrères, fédérés au sein de la Brassicomtoise, nous nous sommes associés avec des agriculteurs locaux qui nous fournissent de l’orge bio. Ces grains sont expédiés, par péniche, en Belgique pour y être maltés. Quand la récolte est bonne, cela peut monter jusqu’à 350 tonnes par saison. » Les saveurs de la région se retrouvent aussi dans les bières éphémères, proposées par Les 2 Fûts, à côté de leurs classiques (blonde, ambrée, blanche, IPA…).

« Nous produisons une « Sauvage », brassée avec du houblon cueilli le long du Doubs, explique Loïc. Nous faisons aussi une « triple » avec le pain d’un boulanger de la Chapelle-sur-Furieuse. Celui-ci fournit l’AMAP qui distribue ses paniers chez nous. Cela peut sembler curieux, mais la bière et le pain sont, tous deux, faits à partir de céréales et d’eau. Seule différence, le pain contient un peu de sel. D’ailleurs, on le retrouve discrètement dans la finale de notre « Pain Perdu ». Avec elle, il n’y a même plus besoin de cacahuètes (sourire) ! »

Le goût pour le terroir, Loïc le doit à sa formation de fromager. Il travaillait à la fruitière de Fontain quand le virus brassicole l’a cueilli.

« Avec mon frère Marc, nous sommes autodidactes et avons affiné nos recettes, au fil du temps, relève-t-il. On échange aussi au sein de la Brassicomtoise et on a la chance de pouvoir compter sur les écoles de la région. Depuis octobre dernier, nous accueillons un apprenti qui suit la licence professionnelle « Boissons et biotechnologies », à l’ENIL de Poligny. Il nous apporte ses connaissances théoriques. Nous, on lui met une pelle de brassage dans les mains. »

Pour l’heure, les 2 Fûts écoulent près de 5 000 litres par mois. « C’est notre capacité de production maximale, précise Loïc. Cela étant, nos locaux de la rue François Rein offrent une surface suffisante pour accueillir de nouvelles cuves. »

Les deux frères peuvent donc viser une croissance qui, contrairement à la consommation de leur bière, peut s’envisager sans modération. continue (adultes en reconversion professionnelle ou demandeurs d’emploi, principalement issus des bassins d’emploi de Besançon et de Pontarlier).

7 rue François Rein à Besançon