Les syrphes, précieux bio-indicateurs

Qui n’a pas déjà été intrigué par ces insectes semblables à des mouches mais arborant les couleurs des guêpes, voletant en surplace au-dessus des fleurs ?

Les syrphes – qui sont bien de la famille des mouches (les diptères) – très bons pollinisateurs et prédateurs de pucerons, regorgent de qualités ! Plus on retrouve d’espèces sur le terrain, plus le milieu est dans un bon état de conservation. Des pièges d’interception (ou tentes malaises) ont ainsi été disposés dès 2019 au sein des parcs Chaillot et des Glacis et à l’île aux moineaux, près du parc Micaud.

Le Conservatoire d’espaces naturels de Franche-Comté a recensé quelque 66 espèces différentes répertoriées sur les 900 syrphes capturées… deux nouvelles espèces pour la région et dix espèces menacées. Seuls absents : les syrphes inféodés aux haies. La Ville va donc lancer une réflexion sur le développement de haies vives locales. Pour le reste, les espèces identifiées confirment le relatif bon état écologique des espaces verts et de nature. Ils reflètent tout l’intérêt de la gestion favorable à la biodiversité pratiquée par la Ville depuis plusieurs années.