Braillans, la plus rurale des communes périurbaines

Situé à 6 km de Besançon, le village de 240 habitants résume parfaitement cet équilibre grand bisontin entre ville et nature, en étant séparé de l’entrée Est de l’agglomération par la vaste forêt de Chailluz. Une « barrière verte » qui offre aux habitants un cadre de vie préservé…

Vivre à Braillans, c’est être plongé dans une nature omniprésente, tout en étant à seulement 5 minutes des portes de Besançon. « On a la chance d’accéder en ville par l’entrée la plus fluide, note Alain Blessemaille, maire de la commune. Cela étant, notre fonctionnement naturel est plutôt tourné vers l’Est avec une longue histoire de coopération intercommunale qui nous lie à Marchaux-Chaudefontaine, Champoux et Châtillon-Guyotte, notamment pour l’école. À ce sujet, nous avons aussi des conventions avec les communes de Thise et de Besançon pour la scolarisation des enfants de parents qui y travaillent. On le voit : si la forêt de Chailluz joue un rôle de  » barrière verte « , elle ne constitue pas un réel obstacle. C’est pourquoi Braillans attire de nouveaux habitants, tout en restant à taille humaine, puisque nous sommes aujourd’hui 240 Braillannaises et Braillannais. »

De l’espace à foison

Un chiffre qui témoigne d’un quasi-doublement de la population, en une quinzaine d’années. « Le village a longtemps été une ferme pour l’abbaye de Bellevaux et en a gardé un caractère rural qui séduit, observe Alain Blessemaille. Au moment d’accueillir de nouveaux habitants, tout l’enjeu est aussi de ne pas gaspiller cet espace, tant recherché. »

Et de l’espace, les habitants peuvent en profiter à foison. « Avec la plateforme de jeux pour les enfants, l’aire de sports pour les ados, le terrain de boules pour les aînés, les randonnées pédestres et VTT pour tout le monde… les activités outdoor s’invitent sur nos pas de portes, détaille Alain Blessemaille. En termes de randonnées, Braillans fait le lien entre la forêt de Chailluz, la vallée de l’Ognon et celle du Doubs. » Après tout, les barrières vertes ne sont pas infranchissables…

Après les TIG, les TIC

Braillans est une commune aux budgets limités, mais pas sans imagination quand il s’agit de réaliser certains travaux. « Depuis une vingtaine d’années, nous organisons des Travaux d’Intérêts Communaux (TIC), explique Alain Blessemaille. Il s’agit de quatre journées de travaux réunissant habitants et élus, au fil des saisons. En ce mois de mai (voir la date sur le site de la commune), nous réaliserons un élagage d’arbres, un curage de fossés et le nettoyage de la plateforme de jeux. L’objectif des TIC est à la fois de tisser du lien entre habitants et de soulager notre budget avec une économie annuelle de l’ordre de 15 000 €. Après les travaux, les participants se retrouvent autour d’un repas offert par la commune. »