Sébastien Henry crée Pixee Medical, une société spécialisée dans le positionnement de prothèses, à Annecy, en 2018. Rapidement, il décide de déménager son activité à TEMIS. Son but ? Se rapprocher du savoir-faire local dans les microtechniques appliquées à la santé. Encore fallait-il convaincre ses collaborateurs de suivre le mouvement…

En matière d’ingénierie biomédicale, le Montbéliardais Sébastien Henry est loin d’être un inconnu à Besançon. « En 2011, j’ai développé une première entreprise, OneFit Medical, dans les murs de l’Incubateur de TEMIS, explique-t-il. Grâce à l’écosystème local, mon équipe avait pu commercialiser, en moins d’un an, une solution d’instrumentation chirurgicale, personnalisée au patient et réalisée en impression 3D. » L’innovation est telle que la société est rachetée par un groupe parisien, en 2013.

Un environnement économique favorable

Pour Sébastien Henry, l’aventure entrepreneuriale prend un nouveau virage à Annecy où il fonde Pixee Medical, cinq ans plus tard. La société développe une solution de réalité augmentée autour de lunettes connectées. Celles-ci guident le chirurgien pour la pose ultra-précise d’implants orthopédiques, sur le principe du GPS. « J’ai choisi Annecy pour des raisons personnelles, confie Sébastien Henry. Mais très vite, je me suis rendu compte qu’en Haute-Savoie, je ne retrouvais pas la même dynamique globale qu’à Besançon. En effet, avec les jeunes diplômés de l’ISIFC, l’ENSMM, l’Université de Franche-Comté ou l’UTBM, on retrouve la chaîne de compétences complète pour le succès d’un dispositif médical. Après un an d’activité, j’ai donc décidé de revenir à TEMIS. Au-delà des ressources humaines, Pixee est venue à Besançon pour puiser de nouvelles forces dans un environnement économique favorable. »

Une fois le déménagement acté, il restait à savoir si les employés annéciens allaient suivre. « Pour donner toutes les cartes en main à mes collaborateurs, je leur ai fait visiter Besançon et sa région, en juin dernier, évoque Sébastien Henry. Ils ont bien aimé le caractère “vert” et l’offre sportive complète de la ville, tout comme les loyers, moins élevés qu’à Annecy. Une vidéo du Grand Besançon m’a aussi permis de leur “vendre” la destination. »

Une levée de fonds de 2 M€ et un effectif triplé

Au final, Pixee Medical a pris ses quartiers à TEMIS, en septembre dernier, et cinq Annéciens ont emménagé à Besançon. « Les jeunes ont privilégié le centre-ville et les familles ont choisi la première couronne, explique Sébastien Henry. Depuis notre arrivée, nous avons aussi recruté des talents venus d’ici ou d’ailleurs. L’aspect “ville et nature” est un “plus” pour attirer les jeunes générations, soucieuses de leur qualité de vie. Les nouveaux venus d’Annecy, Paris, Lyon ou Angers ne regrettent pas leur décision. Moi non plus, d’ailleurs : depuis notre installation à Besançon, nous avons réalisé une levée de fonds de 2 millions d’euros et l’équipe est passée de 5 à 15 personnes. » Au tennis, on appelle ça un retour gagnant…