Portrait : Anne-Sophie Bouhelier

La tête froide

Ingénieure en commerce international, Anne-Sophie Bouhelier a repris l’entreprise dans laquelle elle était entrée en tant que stagiaire Export quelques années auparavant ! Directrice opérationnelle de Cryonic Medical, elle a spécialisé la startup dans la cryothérapie gazeuse hyperbare (ou NeuroCryoStimulation) avec son appareil haute technologie innovant CryoScreen.

Qu’est-ce que « CryoScreen » ?

Pour faire court, CryoScreen est un antidouleur et un anti-inflammatoire, mais naturel ! Il s’agit d’un appareil homologué qui projette à haute pression sur la peau du dioxyde de carbone à -78°. Concentré de technologie, il est équipé d’une caméra thermique qui détecte l’endroit à traiter et d’un écran où apparaissent les données nécessaires. Il existe en version nomade (mallette) pour les interventions de terrain, ou statique (guéridon) chez le praticien. Cette thérapie par le froid s’applique aussi bien à l’homme qu’à l’animal. Nous fournissons ainsi les professionnels de santé et les clubs de sport de haut niveau tout comme les cabinets vétérinaires et le monde hippique.

Quel est le principe de la neurocryostimulation ?

C’est le choc thermique cutané qui va déclencher dans le cerveau une série de réactions réflexes de protection. Indolore, non invasif, rapide (30 secondes à 4mn), le geste cible la zone en inflammation (œdèmes post traumatiques, articulations à problème, tendinopathies…). Les sportifs l’utilisent après une compétition pour récupérer plus vite. Cet été, nous avons ainsi suivi Gaël Monfils qui ne se sépare plus de sa mallette. Cette technique nous ouvre également des débouchés dans le domaine esthétique (anti-âge, anticellulite).

Pourquoi avoir choisi Besançon ?

D’abord parce que c’est ma ville ! J’y suis née, j’y élève ma petite fille et j’y ai trouvé le terreau idéal pour développer mon entreprise. L’excellence technologique, le dynamisme d’une filière médicale très prolifique, la possibilité de travailler avec des fournisseurs et des industriels locaux performants, toutes les conditions sont là. Je précise par exemple que le seul diplôme universitaire français de cryothérapie se prépare à Besançon. Si nous y sommes implantés, 70 % de notre CA est à l’export. Nos distributeurs nous représentent partout dans le monde (Europe, USA, Emirats, Asie, Inde, Amérique latine). Je suis amenée à voyage moi-même beaucoup pour Cryonic Medical.