DIXI MEDICAL : Au cœur du cerveau

Originaire du sud-ouest, Jean-Pierre Darnis arrive à Besançon en 1979 pour un premier emploi chez Sormel ; il y fera toute sa carrière. Directeur de Dixi Medical, il synthétise l’implication de l’entreprise dans le domaine de la neurologie, dans le traitement de l’épilepsie en particulier.


Qu’est-ce que Dixi Medical ?

Son histoire est intimement liée à celle de Besançon. La société, créée en 2016, est en effet issue de la branche médicale de Dixi Microtechniques, et plus loin encore, de l’activité de la société Sormel, filiale de Yema dans les années 1970. Dixi comme Sormel sont tournées vers les microtechniques mais également vers la filière horlogère, les deux secteurs de développement emblématiques de Besançon. Racheté en 1987 par le groupe DIXI (j’ai dit en latin), fabricant suisse de machines pour l’horlogerie, le département médical de Sormel est devenu Dixi Microtechniques et s’est installé dans les anciens locaux de LIP à Palente. Aujourd’hui, Dixi Medical conçoit, produit et commercialise des dispositifs destinés à la neurochirurgie. Elle est implantée sur plusieurs sites, à Besançon, à Chaudefontaine, aux États-Unis, ainsi qu’en Suisse au travers d’une société sœur spécialisée dans le développement de technologies MEMS (Micro Electro Mechanical Systems).

L’Est Républicain : Partenariat franco-suisse pour traiter l’épilepsie

Traces écrites : À Besançon et à Lausanne, Dixi Medical prépare une nouvelle génération d’électrodes pour traiter l’épilepsie


Comment la société s’est-elle spécialisée dans la neurologie ?

C’est sur sollicitation d’une équipe de praticiens chercheurs du CHU de Rennes dirigée par le Professeur Jean-Marie Scarabin, que Sormel s’est vue développer une nouvelle génération de sondes intracérébrales pour l’enregistrement de l’activité électrique du cerveau, en vue notamment du traitement des épilepsies pharmaco-résistantes.

Les Echos : Dixi Medical s’attaque aux épilepsies pharmacorésistantes


En quoi consiste l’originalité de vos dispositifs ?

Née à l’hôpital Sainte-Anne dans les années 1950, l’idée est d’aller chercher les informations électriques dans le cerveau, au plus près des zones lésées. Un concept à l’opposé de la méthode « américaine » qui ne rentre pas dans le cerveau mais collecte les informations à la surface du cortex. Dixi Medical est en quelque sorte  l’architecte qui a permis de finaliser l’outil d’exploration, à savoir des électrodes profondes de SEEg (Stéréo électro encéphalographie). Nous travaillons pour des médecins, pour que leurs gestes soient de plus en plus efficaces et sûrs, pour une médecine qui soit de moins en moins invasive. Ainsi, nous  développons des dispositifs de plus en plus performants et rigoureux en termes de sécurité pour le patient. L’un des axes d’avenir est la miniaturisation pour l’intégration d’un maximum de fonctions dans le même encombrement.


Jean-Pierre Darnis

« J’ai occupé beaucoup de fonctions au sein de l’entreprise, de la production au bureau d’étude, jusqu’à la direction du site en 1998, et enfin la direction générale en 2005. (ndlr Dixi Microtechniques est à ce jour sous la responsabilité de Christophe Boillon). En 40 ans, j’ai accumulé trop de bons souvenirs professionnels pour n’en citer qu’un… Maintenant, la transition est opérée pour permettre à Dixi Medical de devenir un acteur de premier plan dans le domaine du dispositif médical. Quant à moi, j’aurai bientôt du temps pour me consacrer aux choses simples de la nature, un plaisir qui me vient du monde rural où j’ai grandi. »


Retrouvez l’actualité de Dixi Médical sur leur site internet et sur Linked In