Les consommateurs se mobilisent pour sauver leurs commerces

Soucieux de sauver leurs commerces, de nombreux Grand Bisontins se sont mobilisés en consommant en direct ou par avance mais en lançant aussi des cagnottes participatives. Coups de projecteur sur quelques initiatives citoyennes. 

Une cagnotte de 3 120 € pour soutenir le Café de Pierre

On le sait, les cafetiers et restaurateurs sont particulièrement frappés par la crise du Covid-19. Parmi eux, Pierre Joly – patron du Café de Pierre, rue de Belfort à Besançon – a bénéficié de la générosité de ses clients…
Une cagnotte, mise en ligne par quatre habitués, a recueilli plus de 3 120 €, en novembre dernier. « Pierre est très apprécié dans le quartier et en attendant les aides de l’Etat, son café-restaurant était en danger, explique Nathalie de Biasi, co-initiatrice de la démarche. La cagnotte a été une réussite avec des dons d’habitués, mais aussi de personnes ne connaissant pas Pierre et souhaitant lui témoigner leur solidarité. »
« J’ai été agréablement surpris par la cagnotte et le montant atteint, expose Pierre. Ces dons me permettront de faire face aux charges fixes, alors que je réalise moins de 3 % de mon chiffre d’affaires habituel, via la restauration à emporter. Sans la cagnotte, j’aurais sans doute été amené à déposer le bilan. C’est un soulagement. Et même si ça ne me permet pas d’imaginer l’avenir, je peux au moins contrôler les semaines qui viennent… »

 


Le Clic utile : la solidarité en action

Le Grand Besançon et la Ville ont lancé l’opération Le clic utile pour sauver nos commerces, mi-novembre. Toujours en cours, elle permet notamment de commander des chèques cadeaux dans des commerces, ayant temporairement dû fermer, en lien avec le Covid. Témoignages.

Julia, solidaire avec des collègues plus impactés

« J’ai connu le Clic utile, grâce à des clientes ayant offert des bons d’achat valables chez moi, explique Julia Cassecuelle, gérante du Petit Salon (de coiffure). J’ai ensuite acheté des chèques cadeaux pour témoigner ma solidarité auprès de collègues plus impactés que moi par la crise sanitaire. J’ai ainsi anticipé mes achats de Noël chez le chocolatier Fabrice Gillotte ou à l’Intranquille, avant qu’ils ne rouvrent, début décembre. »

Sandrine, soutien financier et petit clin d’œil

« J’ai voulu apporter un soutien financier et adresser un petit clin d’œil à plusieurs commerces où j’ai mes habitudes, évoque Sandrine Bouju, gérante de Trott’Menu. Parmi eux, Pasta & petits plats, Les Sandales d’Empédocle ou La Serviette à Pois. Une habituée nous a aussi acheté l’équivalent de plusieurs paires de chaussures. Ça nous a fait du bien, avant d’avoir pu accueillir à nouveau nos clients. »


Le soutien à nos commerces, en chiffres :


  • 4 000 pochettes de 50 € de bons d’achat financés par le Grand Besançon et la Ville, soit un total de 200 000 € à gagner, via des jeux-concours.
  • 400 commerces partenaires des actions engagées par la Cellule de veille commerce pilotée par le Grand Besançon.
  • Une vente spéciale de 1 000 pochettes Bezac Kdo, le 5 décembre dernier, avec 10 € offerts pour un achat de 30 €.
  • Au 14 décembre, 18 000 € versés par 230 clients au profit de 120 enseignes, via Le clic utile.

Le mot d’Anne VIGNOT, Présidente de Grand Besançon Métropole et Maire de Besançon

Grand Besançon Métropole et la Ville de Besançon se sont fortement mobilisés pour soutenir le commerce.

Oui mais nous ne sommes pas seuls. Nous travaillons en permanence avec tous les représentants du monde économique au sein d’une cellule que nous avons créée. Nous travaillons avec les représentants des milieux économiques (chambres consulaires de l’artisanat, hotellerie, commerce, agriculture, économie sociale et solidaire…), les élus des communes, la Région Bourgogne Franche-Comté… Tous mobilisés dans un seul but : sauver nos commerces. Vous connaissez notre attachement aux commerces de nos villes. Ils sont indispensables à l’attractivité de notre territoire et la crise sanitaire que nous connaissons actuellement fait planer un risque certain sur leur avenir.

Quelles mesures ont été prises concrètement ?

Nous avons agi sur plusieurs leviers pour stimuler la consommation et aides les plus démunis et pas seulement les commerçants. En tout ce sont 15 M€ qui ont été mobilisés par Grand Besançon Métropole et la Ville de Besançon depuis mars. Nous avons co financé aux côtés de la Région, un fond d’avances remboursables et un fonds régional des territoires à hauteur de 400 000€ pour soutenir les petites entreprises. Pour les commerces nous avons financé une vaste campagne de communication, des animations, une plateforme de vente géolocalisée, et nous avons édité des chèques « Boostez vos commerces » pour près de 200 000 €. Nous avons voté aussi l’exonération de loyers pour les entreprises locataires de GBM et d’Aktya en novembre et décembre 2020, des droits de terrasse pour l’année 2020 ou encore de certains loyers pour les commerçants non-sédentaires à Besançon et nous avons versés 300 000€ d’aides aux établissements de nuit.

Ces aides n’étaient pas seulement financière ?

Effectivement, nous avons mis à disposition 2 agents chargés d’animer un  guichet unique pour les entreprises afin de traiter le plus rapidement possible toutes les demandes. Nous cofinançons aussi une cellule d’appui psychologique (APAISA) destinée aux chefs d’entreprises et des prestations d’experts de l’accompagnement d’entreprises pour des TPE ayant besoin d’un appui long.

MaCommune.info en parle : Crise sanitaire : le guichet unique pour les chefs d’entreprises ouvert jusqu’à fin février

Et un appui aussi aux plus démunis ?

Oui, et c’est une actions à laquelle nous tenions avec les élus de GBM. Nous avons dégagé 150 000 € au titre des actions de solidarité pour renforcer le soutien apporté aux familles avec enfants ayant de très faibles revenus. Des bons d’achats de 50 euros par enfant à utiliser dans les commerces locaux ont été donnés. Cette dotation a permis de soutenir 1 616 familles représentant 2 910 enfants de plus de 3 ans et de moins de 17 ans.