Rencontre avec Martine Moulin

Quand vous devez rencontrer un ange, pas étonnant qu’il vous donne rendez-vous rue de l’Eglise. Là, au 26, il s’agissait d’une femme et pas n’importe laquelle : Martine Moulin, la soixantaine, chaleureuse et gentille comme le bon pain.

Ici, c’est le Gare BTT, Groupement d’action et de recherche sur l’exclusion Besançon Tous Travaux, une association spécialisée dans la réinsertion d’anciens détenus. Voilà 40 ans (et directrice depuis onze ans) qu’elle passe le plus clair de son temps au service des autres. Explications de l’intéressée : « Même si nous accompagnons surtout des longues peines, ici, on reçoit des personnes dont les peines de prison allaient d’un an à perpète. Certes, ces personnes sont libres mais loin d’être en liberté. Leur passé les poursuit pendant très longtemps. Nous sommes là pour leur donner une chance de s’en sortir à travers le travail, le logement et surtout la reconstruction de l’estime de soi. »

Entre les ouvertures de droits, la gestion des papiers administratifs, notre ange ne ménage pas sa peine tandis que des
demandes proviennent des quatre coins de la France. « Pas facile de satisfaire tout le monde quand vous n’avez que 15 places », résume-t-elle. Patiente et déterminée, la directrice est toute guillerette en cette matinée d’août, et pour cause : le 21 octobre à 20 h sera diffusé au petit Kursaal un documentaire intitulé Au nom de la loi, je vous libère ! Co-écrit par Christian Jacquot, fondateur emblématique du Gare BTT, ce magnifique film retrace notamment les parcours d’anciens détenus et les obstacles à leur réinsertion. L’occasion d’appréhender le travail de l’association et de faire évoluer son regard sur la détention. Après tout, on a tous le droit à une extra ball.

Site internet du Gare BTT