Une politique environnementale au plus près du terrain

Si les enjeux climatiques se jouent à une échelle planétaire, c’est bien au plus près des habitants que les collectivités locales agissent pour adapter nos territoires aux changements à venir. Le Grand Besançon mène ainsi une politique de terrain pour rendre notre cadre de vie plus résilient, en associant le plus grand nombre d’acteurs sur le sujet.

Déchets : le tri facilité, grâce à 95 nouveaux conteneurs

Associée aux gestes de prévention et de tri, la redevance incitative continue de générer une forte baisse des déchets dans le Grand Besançon. Afin de poursuivre sur cette bonne voie, la collectivité a installé 95 nouveaux conteneurs à déchets recyclables, à travers Besançon (Centre, Battant et Planoise).

Plus faciles à utiliser, ces bacs ont déjà fait effet : depuis leur déploiement, la part de déchets recyclables jetés au sol a baissé de 63 % pour le carton et de 71 % pour les emballages et papiers. Le Grand Besançon poursuit aussi la création de stations enterrées pour, à terme, doubler les volumes de stockage.

Pour améliorer le tri des déchets, le Grand Besançon déploie de nouveaux conteneurs.

Des circuits toujours plus courts et nombreux

Des produits savoureux, à moindre impact pour le portefeuille et la planète, c’est toute la philosophie des circuits courts. Pour favoriser leur émergence, le Grand Besançon mène une politique en faveur d’une agriculture périurbaine et diversifiée. Chaque année, la collectivité cofinance la formation De l’Idée au Projet, créer son activité agricole, proposée à 12 stagiaires. En termes de diversification de l’offre locale, des essais ont été réalisés, avec succès, par la pépinière Graines de maraîchers, à Chalezeule, autour des légumineuses.

De leur côté, les marchés de producteurs se développent. Au printemps dernier, le « Marché des 3 Villages » a été créé par Montferrand-le-Château, Thoraise et Grandfontaine. Aux beaux jours, un nouveau rendez-vous est désormais proposé aux locavores, à École-Valentin.

D’ailleurs, manger sainement et local, ça peut s’apprendre ! Le Grand Besançon poursuit ainsi le programme Anim’Alim. Il s’agit d’ateliers « alimentation & santé », proposés dans le cadre du Projet alimentaire territorial, labellisé par le ministère de l’Agriculture, en août 2020. À travers ce programme, le Grand Besançon et ses 14 partenaires visent à favoriser une alimentation faite de produits locaux, sains, respectueux de l’environnement et accessibles à tous.

Favoriser la consommation de produits locaux est une priorité pour GBM.

Un nouveau cap pour l’habitat

Dans quelle commune du Grand Besançon faut-il construire de nouveaux logements ? Combien en construire ? Et de quel type pour répondre aux besoins des habitants ?… Ce sont autant de questions au coeur du Plan local de l’habitat (PLH) qui devrait être adopté, début 2022. Cette feuille de route fixera le cap du Grand Besançon en matière d’habitat, jusqu’en 2028.

Dès à présent, la collectivité mène des actions de réhabilitation sur des logements existants pour les rendre plus confortables et moins énergivores. Elle prête aussi gratuitement une mallette pour réaliser un autodiagnostic « énergie » de son logement (ou de son lieu de travail).

Déjà très engagé contre les logements vides, le Grand Besançon s’est doté du logiciel « Zéro logement vacant » qui permet d’identifier les propriétaires, de les contacter, puis de les accompagner dans la rénovation de leur bien (sous conditions), jusqu’à la mise sur le marché. L’enjeu est de taille : le Grand Besançon compte 8 500 logements vacants, dont près de 70 % à Besançon. En parallèle, un permis de louer a été instauré dans certains quartiers bisontins, et à Saint-Vit, au printemps dernier, pour favoriser la mise sur le marché de logements salubres.

Bienvenue au Club Climat

Pour répondre localement aux engagements de la Cop21, le Grand Besançon s’est donné pour objectif de devenir un territoire à énergie positive en 2050. Une ambition qui repose sur une mobilisation de l’ensemble des acteurs : collectivités, entreprises, associations, collectifs citoyens, institutions… Pour tous les réunir, le Grand Besançon a créé le Club Climat, en janvier dernier.

Cette instance vise à élaborer collectivement des solutions à des problématiques climatiques locales. Dans ce domaine, le Grand Besançon a des pistes à partager, puisqu’elle a reçu, fin 2020, la confirmation de son label européen Cit’Ergie qui récompense sa politique vertueuse en matière d’énergie.

Plus d’infos : clubclimat@grandbesancon.fr

Dans un esprit de solutions partagées, le Grand Besançon poursuit également les Conversations Carbone. Ces ateliers participatifs – de sept à dix personnes réunies autour de deux animateurs – accompagnent les Grand Bisontins vers un mode de vie plus sobre en carbone. Les prochaines Conversations se dérouleront à partir de janvier prochain.

Plus d’infos : conversations-carbone@grandbesancon.fr

Du nouveau sur les réseaux d’eau

Ouvrir un robinet d’eau, faire sa toilette, laver son linge… Derrière ces gestes simples se cachent les réseaux de distribution d’eau et d’assainissement du Grand Besançon. Pour une meilleure prise en charge de cette compétence, GBM a récemment piloté la rénovation des réseaux d’eau et d’assainissement de Vaire. Des travaux de modernisation sont aussi en cours sur l’usine et les réseaux de la station d’eau potable de la Malate. Du côté de Port-Joint, les réseaux d’assainissement et d’eaux pluviales sont également étendus.

Concernant les eaux pluviales, un chantier d’ampleur a démarré à la Malcombe, en mai dernier, avec la création d’un bassin d’orage, enterré sous un terrain de base-ball. Au terme des travaux, d’une durée prévisionnelle de 20 mois, ce réservoir de 20 000 m3 permettra une diminution de 25 % du volume annuel d’eaux non traitées rejetées dans le milieu naturel.

Le nouveau bassin d’orage de la Malcombe sera l’un des plus grands de France et permettra de diminuer de 25% les volumes d’eau non traités rejetés dans le milieu naturel.

Nouvelle unité de méthanisation

À Port Douvot, une nouvelle unité de méthanisation a été mise en service, en février dernier. Ce site injecte 110 m3/h de biométhane dans les réseaux, soit une recette de près de 100 000 € HT/mois pour le Grand Besançon.

Des achats responsables

Début 2021, le Grand Besançon, la Ville et le CCAS ont adopté un SPASER (Schéma de Promotion des Achats publics Socialement et Écologiquement Responsables). Ce dispositif oriente la commande publique vers des achats éthiques, inclusifs et porteurs de développement durable pour notre territoire.


A lire également sur le sujet

Add your description here…

Add your description here…

Add your description here…

Add your description here…

Add your description here…

Add your description here…