David Demange, on the Rodia

Besançon, le fief des musiques actuelles “et pour cela, c’est à Manou Comby qu’il faut dire merci”, précise David Demange, qui lui succédera en novembre à la direction de la Rodia.

Diplômé de sciences politiques et d’un master en gestion de projets culturels, médaillé d’or au conservatoire, David est un brillant guitariste qui parle couramment le français administratif. Un profil aussi rare qu’atypique. Il monte des projets culturels comme on joue au Monopoly, posant par exemple sur le plateau la salle de concert Le Moloco à Audincourt ou le festival Musiques à Saint-Hipp’, qu’il a respectivement créés en 2012 et 2006.

Sous sa direction, l’équipe de la Rodia qu’il connaît bien sera amenée à faire du monument musical “un élément de la vie de chaque Bisontin, quels que soient son âge, son origine sociale ou son appétence pour la musique. Le but est de créer du lien, car pour moi, la culture est avant tout sociale. L’idée serait donc de renforcer notre action culturelle avec des publics éloignés et hors-les-murs de la Rodia.” Les enceintes de la salle diffuseront de jour comme de nuit un nouvel air, tout comme elles veilleront à préserver celui que l’on respire. En effet, David entend mettre en place un bilan carbone sur la future programmation. Quand esprit et audace vibrent au même rythme, la musique est souvent bonne.