Mathieu Ducoudray, nouvelles couleurs

À la rentrée, Mathieu Ducoudray dirigera l’Institut Supérieur des Beaux-Arts. Quel vent d’ouest a donc poussé l’ancien directeur de « Livre & Lecture en Bretagne », un établissement public crée en faveur de la lecture, jusqu’aux portes de l’ISBA ?

« Mon souhait était de prendre la direction d’une école d’art car mon univers, ce sont les arts plastiques. J’ai travaillé dans deux centres et une fédération d’art contemporain, je suis parti en Guyane où j’ai été directeur du service culturel puis je suis revenu dans une école des beaux-arts en Bretagne. »

Une succession d’allers-retours, avec pour fer de lance les arts visuels. La palette des ambitions de Mathieu Ducoudray est haute en couleurs.

L’ISBA propose deux options, communication et art, dont je souhaiterais développer les spécificités. J’entends également renforcer sa position comme une institution tournée vers l’international, en préservant les mobilités sortantes comme les mouvements d’étudiants étrangers.

Par ailleurs, l’emploi doit être la nouvelle toile de fond où l’art doit s’exercer.

J’axerai mon travail autour de l’insertion professionnelle, qui me paraît un enjeu important pour les écoles d’art. L’autre enjeu est l’ouverture à la diversité socio-économique et l’ISBA doit s’ouvrir à toute forme de singularité.