3 questions à Mathilde Armand

Journaliste, auteure de livres pour enfants qu’elle illustre elle-même, Mathilde Armand réalise aussi des vidéos éducatives vues plus de 12,6 millions de fois.


Les Ovules sont éternels est votre premier roman, mais vous écrivez aussi pour le jeune public, non ?

Oui, j’ai publié sous mon pseudo Maiz six livres pour enfants à partir de 5 ans. Mais j’ai à coeur d’écrire pour leurs parents aussi. J’ai envie de créer des moments de partage et de rires, pour leur fournir des moments de  complicité, qui plaisent aux uns comme aux autres. Je souhaite que le moment de l’histoire soit préservé, d’ailleurs ma devise est « Chaque soir, une histoire ! ».


Quels sujets abordez-vous ?

Mon sujet préféré, c’est les sorcières. Je parle donc beaucoup de magie, de potions, de sorts, tout en inventant des jeux et surtout, avec beaucoup d’humour. Avec la magie, tout devient possible et elle est partout. Je traite aussi de sujets plus actuels, comme l’anxiété chez les enfants. Cela me tient à coeur et c’est quasi autobiographique. Il n’y a pas de hasard, ce sont mes enfants qui m’inspirent. Entre le doudou qui a disparu (il est parti en vacances !), l’apprentissage de la lecture ou l’anxiété, mes livres suivent la croissance de mes enfants. J’espère simplement qu’ils continueront de m’inspirer quand ils seront adolescents.


Vous êtes très présente sur internet, publiée aux États- Unis, et pourtant vous n’avez pas d’éditeur en France ! Comment expliquez-vous cela ?

Mes textes plaisent en effet beaucoup à l’étranger, tout comme ma chaîne youtube Maizquellehistoire. J’ai par exemple des demandes d’écoles du Brésil pour leur faire des vidéos sur des thèmes précis.

Mais je suis peut-être comme Gainsbourg, à qui on avait prédit que son travail serait d’abord reconnu à l’international avant de l’être en France. Quand on y pense, tout est effectivement parti du concours Eurovision. Quand je vous dis qu’il y a de la magie partout…


Tous les livres de Mathilde Armand et de son alias, « Maiz », sont disponibles sur le site maizquellehistoire.com.