Le front de la route de Gray

Tout le front de la route de Gray sera repensé – © Agence Archi + Tech – Agence AD+

Route de Gray : une belle porte d’entrée sur le campus… et la ville

La transformation de La Bouloie vise notamment à renforcer les liens du campus avec la ville. Du côté de la route de Gray, cet enjeu prend tout son sens, à travers la requalification d’un axe constituant une entrée de ville, par laquelle transitent les visiteurs extérieurs.

Sur 14 000 m², la « façade sud » du campus fera l’objet d’un réaménagement de la voirie, dans le but de pacifier le trafic – plus de 12 000 véhicules par jour – et de supprimer le stationnement sauvage. De quoi créer des conditions de circulation favorables aux bus, piétons et cyclistes. À la clé également, des liaisons facilitées entre le campus et l’Institut Supérieur des Beaux-Arts (le talus séparant ce dernier de la route sera arasé et un passage piéton sera sécurisé).

Trame végétale

Des arbres seront plantés, des espaces verts aménagés et une partie des sols désimperméabilisée, en vue de favoriser l’infiltration des eaux pluviales. Grâce à ces aménagements, qui formeront une trame végétale entre le Jardin des Sciences (voir ci-dessous) et les Terrasses, la route de Gray constituera la porte d’entrée vers un campus pensé comme un grand parc urbain.

Les travaux se dérouleront du printemps 2023 à début 2024 pour un coût de 2,17 M€ HT (maîtrise d’ouvrage : Grand Besançon).


Le jardin des sciences, entre découverte botanique et mise au vert

Projet majeur pour renforcer les liens entre le campus Bouloie-Temis et la ville, le futur Jardin des Sciences constituera un nouvel espace de découvertes et d’expériences pour le grand public. Il s’articulera notamment autour de vastes serres de présentation et de conservation des riches collections végétales de la Ville et de l’Université.

Son aménagement se déroulera d’août 2022 à avril 2023, sous maîtrise d’ouvrage de la Ville pour un coût de 4,25 M€ HT (serres, locaux administratifs et logistiques). Bordées par un grand parvis, les serres – plus de 1 160 m2 connectés au réseau de chaleur de l’Université – se dresseront en lieu et place d’un parking sauvage. En continuité avec ces constructions monumentales, des parterres extérieurs au Jardin et un parcours intérieur présenteront différentes collections et milieux (plantes rares, cactées, bassin de tourbière, orchidées…).

Esquisse non contractuelle du futur jardin des sciences – © Philippe Rizzotti Architecte

Sentiers de promenade

Avec La Fabrikà Sciences – lieu de présentation au public des travaux des chercheurs –, le futur Jardin des Sciences drainera un public d’autant plus large que des sentiers de promenade seront créés ou réaménagés dans le vallon et le parc de l’Observatoire. Comme une invitation lancée à tous les habitants à venir se mettre au vert, à La Bouloie…


Une résidence d’architecture autour de l’usage du sol

En ce printemps, le Réseau des Maisons de l’architecture lance dix résidences de terrain, à travers la France. Une d’entre elles se déroulera sur le campus Bouloie-Temis. Pendant six semaines, réparties d’avril à septembre, deux résidents – l’architecte mandataire et son binôme – vivront et travailleront sur place.

En lien avec la communauté universitaire et les riverains, ils réfléchiront aux usages du sol sur un campus marqué par de vastes espaces végétalisés. Lieux de passage ou de détente, ces surfaces pourraient aussi
se prêter à d’autres usages, notamment nourriciers. Leur réflexion devrait ainsi explorer les questions des
liens « campus-ville », de l’économie circulaire, du partage de l’espace, de l’agriculture urbaine… Autant de sujets qui font écho à l’action globale du Grand Besançon.


Entre 40 et 60 % d’économies d’énergie sur les bâtiments de métrologie

La transformation du campus Bouloie-Temis fera du site un démonstrateur des transitions qu’il y a à opérer sur notre territoire, face aux enjeux environnementaux de notre époque. À travers une réhabilitation thermique et l’utilisation de matériaux constructifs biosourcés, la rénovation des bâtiments de Métrologie s’inscrit pleinement dans cette démarche.

Image 3D du futur UFR Sciences qui consommera 60 % d’énergie en moins après travaux – © Agence Archi + Tech – Agence AD+

Isolation et panneaux solaires

Ces travaux intègrent notamment une isolation très performante des locaux et la production d’énergie par l’implantation de panneaux photovoltaïques en toiture. À terme, l’objectif est une réduction de 40 à 60 % des consommations d’énergie, par rapport à la situation initiale.

Les bâtiments A et C sont rénovés sous maîtrise d’ouvrage du Grand Besançon avec une enveloppe de 4,88 M€ HT et une livraison prévue fin 2023. Sous maîtrise d’ouvrage de l’Université, cette fois, la rénovation du bâtiment B – ayant bénéficié des crédits France Relance – démarrera cet été. Montant de l’opération : 12,4 M€ TTC.

Le parvis devant ce vaste ensemble sera totalement rénové, désimperméabilisé et arboré par le Grand Besançon. En lien avec la requalification de la route de Gray, la circulation sera simplifiée et les cheminements « modes doux » seront sécurisés.


Chesinum, des capacités numériques augmentées

À l’arrière des bâtiments de Métrologie, un nouvel équipement, le Chesinum, accueillera une vingtaine de baies numériques, destinées à héberger les serveurs informatiques de l’Université et du Rectorat. Le site sera aussi le nœud local de RENATER (réseau national de télécommunications, reliant les établissements d’enseignement supérieur et de recherche en France).

Cette salle numérique sécurisée permettra d’augmenter les capacités globales des installations informatiques de l’UFC, actuellement hébergées dans le bâtiment B de Métrologie. Sa construction représente un investissement de 1,24 M € TTC (maîtrise d’ouvrage : Université). Ce nouvel équipement sera livré l’année prochaine.


Les Terrasses : du vert et un amphithéâtre à ciel ouvert

Le campus Bouloie-Temis se caractérise par de généreux espaces extérieurs. Cela étant, certains sont à requalifier pour en faire des lieux d’échange et de convivialité à part entière.

Parmi eux, le secteur des Terrasses qui, depuis la route de Gray, permet de prendre la direction de la future place centrale du campus. Le réaménagement des Terrasses, sur 11 800 m², prévoit notamment la plantation d’arbres – peupliers, ormes, châtaigniers, poiriers, pommiers, noyers… – ; la mise en place de noues pour favoriser l’infiltration des eaux de pluie ; la création d’un amphithéâtre à ciel ouvert et exposé plein sud… Les travaux sont programmés de janvier à octobre 2024, pour un coût de 1,18 M€ HT (maîtrise d’ouvrage : Grand Besançon).

Image non contractuelle des futures terrasses par le Cabinet Altitude 35

Les partenaires du projet


Le dossier

Partie 1

Bouloie – TEMIS : la transformation commence

Add your description here…

Partie 3

Autour de l’Avenue de l’Observatoire

Add your description here…

Partie 4

L’ouverture sur TEMIS

Add your description here…